Arbre généalogique illustré

Michel CLAUDELÂge : 54 ans17401794

Nom
Michel CLAUDEL
Prénom(s)
Michel
Nom de famille
CLAUDEL
Naissance 25 février 1740 36 33
Naissance d’un frèreSimon CLAUDEL
26 octobre 1742 (Âge 2 ans)
Naissance d’un frèreAndré CLAUDEL
12 septembre 1749 (Âge 9 ans)
Décès du grand-père paternelJean CLAUDEL
25 janvier 1750 (Âge 9 ans)
Mariage d’un(e) frère/sœurJean Baptiste CLAUDELMarguerite MANGENOTAfficher cette famille
3 février 1756 (Âge 15 ans)
Roi de France 10 mai 1774 (Âge 34 ans)

Note : Louis XVI
Note : Louis-XVI.jpg
Profession
Curé
1782 (Âge 41 ans)
Note :

Michel ClaudeL est curé de Pressigny en 1782. Il prête serment en 1791, mais démissionne de son poste de curé constitutionnel en janvier 1792. Néanmois, grâce à la bienveillance de la municipalité, il reste sur place et assure la continuité du culte, au moins jusqu'au 22 avril 1793. Il est arrêté sur dénonciation le 3 octobre 1793 par PIGNON, moine génovéfain défroqué, dit "sous-planche" car délégué de LAPLANCHE, représentant du peuple en mission et ancien vicaire épiscopal de l'évêque constitutionnel de la Nièvre. PIGNON arrive à Montargis le 19 septembre 1793 et en un mois bouleverse tout. Il fait emprisonner 80 personnes dans l'ancien couvent de la Visitation, dit Les saintes-Maries. Le 10 novembre 1793, toutes les églises sont fermées au culte. André ClaudeL, frère de Michel ClaudeL, décide, avec la mansuétude de la municipalité de Pressigny, de quitter la petite cure de CORTRAT qu'il occupe depuis 1784 et officie ouvertement en l'église de Pressigny le 7 décembre 1793, logeant soit à la cure de Cortrat, à 2 km, soit à la Grande Brosse (3 km) ou aux Chénevières (4 km). Le 13 décembre 1793, les objets de cuivre et de fer de l'église de Pressigny sont réquisitionnés. Le 9 janvier 1794, c'est le tour des objets restants en or et en argent. Le 20 janvier 1794, André ClaudeL doit se réfugier à vingt kilomètres de Pressigny, à l'ancien couvent des Augustins de la BUSSIERE, deserté par ceux-ci à l'été 1793. Le 28 férier 1794, la mairie de Pressigny décide l'affectation de l'église à la maison commune, ce qui implique la conservation de la chaire. Le 11 juin 1794, la mairie délivre, avec l'aide d'André ClaudeL, un certificat attestant de ses sentiments républicains. Mais celui-ci est exécuté le 2 juillet 1794 à Paris avec 38 personnes. Il est enterré à Picpus.

[Le site des clochers de la France]

Régime politique 1789 (Âge 48 ans)

Note : Monarchie Constitutionnelle
Note : La_Liberte.png
Décès de la mèreMarie CLAUDE
avant 1790 (Âge 49 ans)
Décès du pèreJean Nicolas CLAUDEL
6 juin 1791 (Âge 51 ans)
Mariage d’un(e) frère/sœurSimon CLAUDELMarie Jeanne CLAUDELAfficher cette famille
14 février 1792 (Âge 51 ans)
Profession
Maire de Pressigny
1792 (Âge 51 ans)
Régime politique 22 septembre 1792 (Âge 52 ans)

Note : Ire République
Décès 2 juillet 1794 (Âge 54 ans)
Adresse : Barrière du Trône
Cause du décès : Guillotiné
Sépulture
Adresse : Cimetière de Picpus
Famille avec les parents - Afficher cette famille
père
Jean Nicolas CLAUDEL
Naissance : 30 octobre 1703 36 32Tramont-Saint-André (54)
Profession : Tailleur d'habitsTramont-Saint-André (54)
Décès : 6 juin 1791Tramont-Saint-André (54)
mère
Mariage : 18 janvier 1729Tramont-Saint-André (54), Meurthe-et-Moselle, Grand Est, FRANCE
4 ans
frère plus âgé
7 ans
lui
Michel CLAUDEL
Naissance : 25 février 1740 36 33Tramont-Saint-André (54)
Profession : Curé1782Pressigny-les-Pins (45)
Décès : 2 juillet 1794Paris XI (75)
Sépulture : Paris XII (75)
3 ans
frère plus jeune
Simon CLAUDEL
Naissance : 26 octobre 1742 38 36Tramont-Saint-André (54)
Profession : TissierTramont-Saint-André (54)
Décès : 30 septembre 1803Tramont-Saint-André (54)
7 ans
frère plus jeune
André CLAUDEL
Naissance : 12 septembre 1749 45 43Tramont-Saint-André (54)
Profession : Curé1784Cortrat (45)
Décès :

Profession

Michel ClaudeL est curé de Pressigny en 1782. Il prête serment en 1791, mais démissionne de son poste de curé constitutionnel en janvier 1792. Néanmois, grâce à la bienveillance de la municipalité, il reste sur place et assure la continuité du culte, au moins jusqu'au 22 avril 1793. Il est arrêté sur dénonciation le 3 octobre 1793 par PIGNON, moine génovéfain défroqué, dit "sous-planche" car délégué de LAPLANCHE, représentant du peuple en mission et ancien vicaire épiscopal de l'évêque constitutionnel de la Nièvre. PIGNON arrive à Montargis le 19 septembre 1793 et en un mois bouleverse tout. Il fait emprisonner 80 personnes dans l'ancien couvent de la Visitation, dit Les saintes-Maries. Le 10 novembre 1793, toutes les églises sont fermées au culte. André ClaudeL, frère de Michel ClaudeL, décide, avec la mansuétude de la municipalité de Pressigny, de quitter la petite cure de CORTRAT qu'il occupe depuis 1784 et officie ouvertement en l'église de Pressigny le 7 décembre 1793, logeant soit à la cure de Cortrat, à 2 km, soit à la Grande Brosse (3 km) ou aux Chénevières (4 km). Le 13 décembre 1793, les objets de cuivre et de fer de l'église de Pressigny sont réquisitionnés. Le 9 janvier 1794, c'est le tour des objets restants en or et en argent. Le 20 janvier 1794, André ClaudeL doit se réfugier à vingt kilomètres de Pressigny, à l'ancien couvent des Augustins de la BUSSIERE, deserté par ceux-ci à l'été 1793. Le 28 férier 1794, la mairie de Pressigny décide l'affectation de l'église à la maison commune, ce qui implique la conservation de la chaire. Le 11 juin 1794, la mairie délivre, avec l'aide d'André ClaudeL, un certificat attestant de ses sentiments républicains. Mais celui-ci est exécuté le 2 juillet 1794 à Paris avec 38 personnes. Il est enterré à Picpus.

[Le site des clochers de la France]

Michel CLAUDEL a 0 cousin germain connu

Famille paternelle (0)

Famille maternelle (0)